Principes

L’association Chiens de protection des troupeaux Suisse (CPT-CH) conçoit le chien de protection des troupeaux (ci-après CPT) comme un patrimoine culturel qui s’est développé avec la domestication des moutons dans les cultures pastorales eurasiennes et en lien avec la présence de grands prédateurs. Nous sommes convaincus qu’aujourd’hui encore, certains CPT ont les compétences et les qualités nécessaires pour protéger les troupeaux. Notre mission est de reconnaître ces compétences, ainsi que de les maintenir et les valoriser grâce à un élevage d’élite approprié. Un élevage performant nécessite une population de chiens assez importante pour assurer une sélection suffisante. CPT-CH rassemble les éleveurs qui adhèrent à ces principes et les mettent en œuvre dans leurs exploitations.

En Suisse, les CPT ne constituent pas un patrimoine culturel, car au fil des siècles nous avons établi une culture de vachers (ou bouviers) et non une culture pastorale. Cela se reflète dans les trois races de chiens suisses typiques que sont les bouviers bernois, de l’Entlebuch, et de l’Appenzell. Avec le retour du loup il y a environ 25 ans, les CPT – Pastore Abruzzese et Montagne des Pyrénées  – ont été importés en Suisse de nos pays voisins, l’Italie et la France. Depuis sa fondation en 2011, CPT-CH réunit les éleveurs et les détenteurs de ces deux races. Par mesure de précaution, ces deux races ne sont actuellement pas croisées.

L’association CPT-CH est convaincue que l’élevage d’élite permet d’élever des CPT qui ne présentent pas de danger pour la société. Cependant, leur mode de travail indépendant, qui implique qu’ils sont pour la plupart du temps sans surveillance, engendre un potentiel de conflit considérable. La solution à de tels conflits ne réside pas uniquement dans le comportement canin, mais nécessite l’implication d’autres acteurs extérieurs à l’association.

Les objectifs et les tâches de CPT-CH sont définis dans les statuts (état : mars 2019).